Actualités

Deux nouveaux producteurs à l’épicerie-labo

Toujours fidèle à notre démarche de test et de découverte de nouveaux producteurs, depuis quelques semaines nous proposons en rayon du miel des Ruchers de Poligny et du porc de l’élevage Le cochon drômois. C’est avec plaisir que nous les présentons ici. N’hésitez pas à venir goûter ces produits en suivant les approvisionnements de l’épicerie-labo dans notre lettre hebdomadaire « Cette semaine à La Coop sur mer » !

Les Ruchers de Poligny

Ils se trouvent dans les Hautes-Alpes. L’apiculteur, Damien Fevre, a créé son cheptel en 2015. Les 220 ruches,40 ruchettes, et 45 nucléi, regroupant des abeilles locales sont installées dans des espaces naturels ou chez des agriculteurs bio. A ce jour il produit, en pratiquant une apiculture respectueuse des abeilles, quatre variétés de miel :

– Miel de Garrigues du littoral varois
– Miel de Lavande du plateau de Valensole
– Miel de Montagnes des Alpes
– Miel Toutes Fleurs.

 

Damien Fevre envisage de développer une apiculture transhumante pour diversifier son offre de miel et souhaite également vendre d’ici quelques temps des essaims et des reines fécondées.

Le cochon drômois

L’élevage de cochons bio en plein-air se trouve sur la commune de Bourdeaux dans la Drôme. Daniel Fernandez et son épouse Anne élèvent une soixantaine de cochons par an. Ils se donnent un cahier des charges qui va au-delà des cahiers des charges en bio. Leur objectif est de proposer dans le même temps « une viande de haute qualité organoleptique » et une démarche éthique.

 

Le soin apporté à l’animal est donc primordial dès la naissance : « nos porcelets naissent dans des cabanes sous les bois et nous assistons à toutes les mises bas avec toujours autant de plaisir ». Le site donne un aperçu des conditions d’élevage des bêtes. Le choix de l’abattoir n’est pas anodin non plus. Les cochons sont abattus à Die, dans un petit abattoir agréé CE totalement gérés par les éleveurs de la région. Tout est mis en œuvre pour limiter le stress de l’animal et Daniel reste avec ses cochons jusqu’à l’étourdissement.

Daniel et Anne Fernandez envisagent à terme, de transformer l’ensemble de leur production dans un laboratoire qu’ils sont en train de créer sur place dans leur ferme.
Partager cette page :